Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Communiqué de presse

Conférence de presse de l’Union pour le salut national à Paris samedi 22 février 2014 à 15 h

Le représentant en France de la coalition de l’opposition djiboutienne Union pour le salut national (USN) a le plaisir de vous convier à la conférence de presse de l’USN le samedi 22 février 2014 à Paris, qui se tiendra de 15 h à 17 h au 1, Place du Châtelet, 75001 Paris, Métro Châtelet.

La coalition USN créée le 16 janvier 2013 à Djibouti regroupe sept formations de l’opposition djiboutienne : UDJ, CDU, ARD, MRD, MODEL, PDD, RADD et a permis de participer victorieusement aux élections législatives du 22 février 2013 pour sortir de 10 ans de boycott électoral avec le soutien d’une mobilisation historique des Djiboutiennes et des Djiboutiens.

La fraude électorale massive qui a troqué les résultats du scrutin du 22 février à l’avantage du parti du chef de l’Etat Union pour la majorité présidentielle (UMP), a consisté à inverser globalement les conclusions des urnes. Les résultats par bureau de vote qui auraient prouvé le procédé de cette inversion des voix n’ont toujours pas été publiés un an après les élections.

Depuis lors, les Djiboutiens protestent continuellement dans les rues de Djibouti ainsi qu’à l’étranger et exigent la reconnaissance de leur vote souverain.

Une répression aveugle par les forces de l’ordre répond à cette mobilisation citoyenne et une vingtaine de prisonniers politiques croupissent dans la prison de Gabode où les conditions de détention impliquent tortures et traitements inhumains dénoncées par l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT). Un enseignant de 30 ans ayant trouvé la mort sous la torture.

Le 16 janvier 2014, de nombreux militants et les principaux leaders de l’opposition dont le président de la coalition réunis en meeting pour commémorer la création de l’USN ont été arrêtés et détenus une journée avant d’être subitement relâchés sous la pression de la rue.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) et la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) déplorent une « intensification de la répression policière et judiciaire à l’encontre des partis politiques d’opposition, des journalistes indépendants et des défenseurs des droits de l’Homme ».

La pression populaire dans les rues de Djibouti, la pression médiatique par les réseaux sociaux et les publications de la presse mondiale, la pression diplomatique par la résolution du Parlement européen du 4 juillet 2013, la publication des recommandations du Comité des droits de l’Homme du Haut-commissariat des Nations Unies du 1er novembre 2013 et enfin les communications échangées avec les officiels des gouvernements européens, commenceraient-ils à porter des fruits ?

En effet, le président djiboutien Ismaël Omar Guelleh a reçu le 1er février 2014 un délégué de l’USN en son palais présidentiel pour évoquer la situation de crise et a pris à cette occasion des engagements oraux concernant les réformes démocratiques et la libération des prisonniers.

Ces engagements sont pris néanmoins à la veille exactement du premier anniversaire des élections législatives du 22 février, mais aussi à la veille d’échéances internationales essentielles, notamment le dialogue politique du 15 février à Djibouti dans le cadre des accords de Cotonou entre les ambassadeurs européens accrédités à Djibouti et le gouvernement djiboutien, à la veille aussi du sommet Union Africaine-Union européenne des 2 et 3 avril à Bruxelles dans le cadre des mêmes accords de Cotonou, à l’approche du sommet Etats-Unis-Afrique des 5 et 6 août à Washington, et enfin à l’approche du 1er novembre 2014 où le gouvernement djiboutien doit avoir adressé au Comité des droits de l’homme la suite donnée à ses recommandations.

La conférence de presse de l’USN du 22 février 2014 à Paris, jour anniversaire des élections législatives du 22 février 2013, présente un point complet de cette situation politique et un état des lieux des avancements ambitionnés par l’USN et par le peuple djiboutien.

Nous souhaiterions partager avec vous ce moment de premier bilan et de perspectives et vous remercions par avance de votre participation à la conférence de l’USN à Paris.

Maki HOUMED-GABA

Représentant de l’USN en France

Paris, le 15/02/2014