Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Communiqué de presse

 

L’insécurité est devenue la compagne de la population de N’Djaména depuis ces derniers temps. Car le jour comme la nuit, les brigands à col blanc opèrent allégrement, sans crainte.

 

L’Association Sociale des Jeunes pour la Défense des droits Humains (ASJDH) constate avec pincement au cœur que les fonctionnaires, les débrouillards, les clandomans et leurs clients constituent la première principale cible de ces gangsters. Pis encore ceux qui sont sensé sécuriser en deviennent aussi la proie de ces cruels qui tendent de guet-apens à la paisible population.

Au rang de ces bandits, figurent des hommes en tenue militaire de mauvaise foi. En un seul mois, l’ASJDH a enregistré quelques cas odieux causant la perte en vies humaines sans compter les individus qui se sont miraculeusement échappés de griffes de ce fauve de bandit avec des blessures ouvertes.

Le mercredi 5 février à 4h, un gendarme en poste à la Brigade Urbaine du 9ème arrondissement était attaqué par 5 brigands dont l’un d’eux est maitrisé et confié à la dite brigade. Ce gendarme à faillit perdre sa vie aussitôt après les patrouilles de sécurisations de ses concitoyens. Sa moto a volatilisé avec les 4 brigands.

 

Le vendredi 7 février 2014, deux (2) policiers en plein exercice de leur fonction ont été froidement abattus sur leur lieu travail au sous commissariat du 7ème à Dembé, puis ces mêmes meurtriers ont exécuté abominablement un homme a bord de son camion Hilux …

 

Après le 7 février, date des assassinats de ces trois (3) corps-kakis, s’en suivirent 3 jours plus tard les crimes à Diguel Sialaye aux environs de 18h, juste quelques 30m du domicile de la victime Hadjé Haoua ABBA, commerçante des pièces d’or au marché central. Les (7) sept bourreaux bien armés à bord de 4 motos pillaient la pauvre dame pour lui soutirer et sa vie et son sac contenant 21 kilo d’or.

 

Mardi 11 février à 19h au quartier Bouthalbagara, un homme a été tué et sa moto emportée.

L’Association Sociale des Jeunes pour la défense des Droits Humains demande au gouvernement de renforcer immédiatement le nombre des policiers ainsi qu’en dotation des matériels adéquats de travail.

Enfin, l’ASJDH exige du gouvernement le contrôle et la maitrise de toutes ses armes, car il est donné de constater que le port d’armes blanches et à feu est devenu un sport favori pour des individus qui se retranchent derrière le faux fuyant selon lequel, c’est pour une légitime défense afin de braquer leurs concitoyens et d’endeuiller certaines famille.

L’ASJDH appelle à l’application des textes et dispositions de lois de la République en vigueur. Pour se faire, le Ministère de la Sécurité Publique est interpellé à plus d’un titre en vue de prendre à bras le corps la sécurité des tchadiens en procédant aux fouilles strictement non orientés afin de déposséder ces troubles fête de leur quincaillerie meurtrière et de les sanctionner sévèrement. Car la vie humaine est sacrée et nul n’a le droit de le supprimer !

 

N’Djaména, le 12 févr.-14

 

Le Président Pando Eric Hervé

 

Insécurité préoccupante au Tchad: l' ASJDH interpelle les autorités!