Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Les tchadiens ont toujours vécu en Centrafrique sans problèmes. Qu’a fait Idriss Deby Itno pour que les tchadiens soient pourchassés et exécutés à l’arme blanche en Centrafrique ? Quelqu’un a pris une décision grave et irresponsable de laquelle le drame centrafricain a surgi.

Qui a été la cause première de cette situation pre-génocidaire en Centrafrique ? Qui sont les acteurs majeurs de ce chaos génocidaire ?

 

Centrafrique est devenue l’image d’un homme s’est lourdement trompé : Idriss Deby Itno.  Centrafrique témoigne l’irresponsabilité criminelle du président tchadien. Les actes de Deby ne devraient plus susciter de multiples questions ni d’analyses de distraction. Une seule question devrait se poser : celle de l’alternance politique au Tchad !

24 ans au pouvoir ! Est-ce ça la démocratie ? Deby ne représente plus l’avenir. Au mieux, il incarne le présent et surement le passé, ce passé et présent chaotiques représentés par des tchadiens morts en Centrafrique, au Mali, en Libye, au Darfour, au Mali et depuis 24 ans au Tchad. Le sang, le sang et le sang. Quelle quantité suffirait à Deby ?

 

Que Deby ne se trompe sur notre détermination. Nous écrirons encore et encore sur ces crimes et pour l’histoire. Nous écrirons au monde entier et nous ne voyons pas qui nous en empêchera. Que ses intellectuels à-plat-ventristes qui narrent ses louanges et vantent ses quelques bâtiments badigeonnés dans des livres ne trompent personne, ni Deby lui-même. D’ailleurs, nous ne voyons pas  d’intellectuels. Nous ne relevons que de  pauvres instruits qui se sont volontairement mis dans un état de soumission et d’indignité criminelle en échange de quelques billets de CFA, prix du sang. Considérant les  conséquences dramatiques des faits et agissements de Deby qu’ils masquent.

 

Le soi-disant renard du désert a trébuché dans la forêt tropicale en Centrafrique et la situation est devenue est hors de son contrôle. Le sang qu’il a fait couler encore une fois est de trop. Nous réclamons le départ de Deby.

Hamad Guera

hamad.guera@gmail.com

 

CENTRAFRIQUE : Idriss Deby Itno doit payer ultimement !