Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Nomination à la tête de la Banque de l'Habitat du Tchad- Hicham Ibni Oumar Mahamat Saleh est désormais le Directeur Général de la Banque de l'Habitat du pays // Lettre ouverte sur le Tchad - La communauté internationale se trompe en considérant le présdent Idriss Deby comme gage d'une stabilité sous-régionale face aux menaces terroristes//

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Ancien ministre des affaires étrangères du Tchad, M.Acheikh Ibn Oumar est intervenu lors d’un débat à Africa24, sur les armées africaines lors du sommet Paix et Sécurité en Afrique organisé par l’Elysée à Paris.

Aujourd’hui, dans l’opposition politique en exil, Acheikh Ibni Oumar, a fustigé le rôle dangereux de certaines armées africaines qui répriment les populations à l’aide des moyens militaires de manière disproportionnée. Il a proposé des armées intelligentes et professionnelles qui peuvent être au service de la démocratie.

Par ailleurs, M.Acheikh est revenu aussi sur l’échec de la prise du pouvoir par les armes au Tchad, laquelle a servi plus les chefs que le peuple.

Il a également évoqué l’absence d’un projet politique de certains combattants et leurs leaders venus pour profiter des ressources du pays.

La rédaction du blog de makaila

 

M.Acheikh Ibn Oumar, ancien ministre des affaires étrangères du Tchad

Ancien ministre des affaires étrangères du Tchad, M.Acheikh Ibn Oumar est intervenu lors d’un débat à Africa24, sur les armées africaines lors du sommet Paix et Sécurité en Afrique organisé par l’Elysée à Paris.

Aujourd’hui, dans l’opposition politique en exil, Acheikh Ibni Oumar, a fustigé le rôle dangereux de certaines armées africaines qui répriment les populations à l’aide des moyens militaires de manière disproportionnée. Il a proposé des armées intelligentes et professionnelles qui peuvent être au service de la démocratie.

Par ailleurs, M.Acheikh est revenu aussi sur l’échec de la prise du pouvoir par les armes au Tchad, laquelle a servi plus les chefs que le peuple.

Il a également évoqué l’absence d’un projet politique de certains combattants et leurs leaders venus pour profiter des ressources du pays.