Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Je viens de lire dans le blog de Mr Evariste Djeteke, un article intitulé Lutte démocratique : les Burkinabè au front, les Tchadiens devant la « boule ». Cet article, daté du 2 décembre 2013, est signé d’un certain Mr M.D qui n’a pas souhaité révélé sa vraie identité.

Cet article qui met en rapport les degrés de motivation et de lutte des jeunes des deux pays pour faire tomber les dictateurs qui les dirigent, expose en même temps la déception de l’auteur du fait de l’absence de réflexion de cette catégorie de population porteur d’espoir lorsqu’on parcourt leurs Faces books. Tout se passe comme si au Tchad tout baignait dans l’huile.

Je partage largement cette analyse parce que tout est question de leaders charismatiques capables de faire des analyses objectives et percutantes pour éclairer l’opinion publique et qui soient aussi capables et courageux de démontrer à travers des déclarations publiques, des conférences de presse ou débats pour soutenir leur vision pour le pays. Ces leaders devraient être, en plus, doublés d’intégrité qui inspire confiance. L’expérience a souvent montré que ce sont ces types de personnage qui constituent le socle des révolutions ou des changements dans un pays. Malheureusement, ces leaders sont des oiseaux rares actuellement au Tchad.

Le seul qui réunissait ces critères a été enlevé par le régime et porté disparu jusqu’à présent, à l’occasion des événements de 2008 mais dont l’engagement reste présent à l’esprit de beaucoup des Tchadiens dignes de ce nom.

Dans les années 90 et 2000, il y a eu 2 leaders politiques au Sud qui avaient des opportunités réelles de faire basculer les choses dans le bon sens mais qui se sont embrouillés et ont fini par ruiner tous les crédits qu’ils avaient capitalisés. L’un (que son âme repose en paix) préférant jouer l’éternel second rôle et l’autre, incapable de diriger, en réalité, un pays mais simplement très bon pour rester dans l’opposition et faire du tapage, un point c’est tout.

Il est aussi douloureux de constater que d’une manière générale, des intellectuels tchadiens préfèrent jouer la carte du pouvoir en se mettant résolument à son service moyennant des miettes. On se demande bien qu’est-ce qu’ils diront un jour à leurs enfants ou bien qu’est-ce qu’ils feront si le régime venait à tomber brutalement (hypothèse pourtant à ne pas exclure) ? Vont-ils retourner leur veste comme d’habitude ?

Il faut tout de même noter le courage et l’engagement de bien des intellectuels, des hommes, des femmes et des jeunes qui sont au Tchad ou non, et qui prennent des risques réels en dénonçant les agissements de la dictature. A la décharge des jeunes tchadiens, les terrains ne sont pas les mêmes au Tchad et au Burkina. La terreur et la barbarie au Tchad, érigées en stratégie, est sans limite mais cela devrait inciter les jeunes tchadiens à plus d’initiative pour contourner les choses, sinon ils ne sont que des amorphes et ça fait mal d’avoir ce qualificatif au dos lorsqu’on est jeune.

C’est donc cette espèce de résignation de ces jeunes qui choque et qui amène à d’interrogation sur leur capacité réelle à renverser la vapeur, parce que personne ne veut risquer sa peau.

Les clans Deby et Itno pensent qu’ils avaient payé le prix fort pour avoir ce pouvoir et qu’ils sont décidés à le garder aussi longtemps que possible. Or c’est une erreur parce qu’ils n’étaient pas seuls à combattre le dictateur Habré, ni les seuls à perdre les leurs dans les combats. Combien des Hadjarai, des Arabes, des Sara et autres communautés sont morts au cours des combats ou décimés par le régime habré en dehors des combats ? En suivant la logique de ces clans, ils ne laisseront le pouvoir que par la force n’est-ce pas !

A vous les jeunes, amusez-vous dans vos toiles mais pas au détriment de votre avenir très hypothétique et de l’injustice à grande échelle sous ce régime de Deby sauf si vous voudriez vous prostituer comme les autres pour avoir une place au soleil. Demain, l’histoire vous interrogera.

Senior Mbary

Lutte démocratique : Les intellectuels et les jeunes tchadiens semblent baisser les bras