Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Catégorie Non classé

La guerre en Centrafrique a mis en évidence le rôle important et ambigu du Tchad : jadis considéré comme l’un des « Etats malades » de l’Afrique, tristement célèbre pour ses dictateurs, François Tombalbaye, Hissene Habré et aujourd’hui Idriss Deby, le Tchad, doté d’une rente pétrolière et d’un régime fort, est en passe devenir une puissance régionale. Exerçant la présidence tournante de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest, le Tchad est aussi candidat à un siège de membre non permanent du Conseil de sécurité.
Voici dix ans, alors qu’Idriss Deby, qui avait lui-même chassé Hissène Habré par la force, était menacé par des groupes rebelles descendus de Libye, il ne dut son salut qu’à l’intervention de l’armée française, présente sur le territoire tchadien depuis 1986 dans le cadre de l’opération Epervier.
Depuis lors, Deby, avec l’assentiment tacite de Paris, a cessé de financer un « fonds pour les générations futures », mis sur pied avec l’aide de la Banque Mondiale alors que commençait l’exploitation pétrolière. Se sentant menacé, il préférait utiliser les recettes de l’or noir pour répondre à des besoins immédiats : se doter d’une armée performante, capable de faire barrage à des groupes armés encouragés par la Libye de Kaddfhafi ou libérés après la liquidation de ce dernier, assurer la sécurité de ses frontières et se rendre indispensable dans la stabilisation des pays voisins.
C’est ainsi que le Tchad a offert un soutien capital à l’opération française Serval, déployée au Mali et, au début de cette année, les troupes tchadiennes placées en première ligne face aux milices islamistes ont subi de lourdes pertes. En outre, c’est depuis le territoire tchadien qu’opèrent les Mirage français survolant la sous région. Du point de vue de N’Djamena, ces éminents services ont été mal récompensés, puisque, lorsqu’il s’est agi de nommer le chef militaire de la mission onusienne de stabilisation du Mali (Minusma), c’est un officier rwandais, le général Kazura, qui l’a emporté sur son rival tchadien.
Ayant efficacement soutenu la France au Mali, le Tchad s’est montré plus ambigu en Centrafrique, un pays qui relève de sa zone d’influence et dont les dirigeants ont toujours été tiraillés entre deux pôles de solidarité, la Libye du colonel Kaddhafi et la France.
C’est ainsi qu’en 2003, le Premier ministre centrafricain Ange Félix Patassé, proche de Tripoli et soutenu à l’époque par le Congolais Jean-Pierre Bemba, (qui s’est retrouvé à la Cour pénale internationale à la suite des viols commis par ses soldats lors de leur intervention à Bangui) avait été chassé du pouvoir par le général François Bozizé, un ami du président congolais Joseph Kabila. A l’époque, les troupes de François Bozize, parties du Nord du pays, ne l’avaient emporté que grâce au soutien de l’armée tchadienne.
Dix ans plus tard, ses alliés initiaux ont constaté que Bozize les avait déçus : pas plus que ses prédécesseurs, il n’avait réussi à endiguer la corruption, mais surtout, il s’était rapproché de la Chine, où il avait voyagé en 2009, autorisant ensuite la société chinoise CNPC à entamer des prospections pétrolières à Boromata, dans le Nord-est du pays, au grand déplaisir des Français et des Américains.
Il n’en fallait pas plus pour que le Tchad, voici un an, appuie la Seleka, « coalition » en sango, une nébuleuse de mouvements d’opposition bientôt rejoints par des « combattants sans frontières » venus du Soudan ou recrutés dans le vivier libyen.
Dans un premier temps, la France, absorbée par son intervention au Mali et décidée à lâcher Bozize au profit de Michel Djotodia, un ancien fonctionnaire, détourna les yeux, laissant se déployer à Bangui une force africaine, la Fomac, dont le principal contingent, -650 hommes- était… fourni par le Tchad !
Ces soldats tchadiens, reflets de la politique de leur pays, ont joué un rôle ambigu, refusant parfois de désarmer la Seleka, fournissant des brassards à ses soldats afin qu’ils puissent continuer à circuler. Cette attitude équivoque a poussé la population de Bangui à prendre à partie des commerçants d’origine tchadienne, très nombreux dans la capitale. Plus largement, des ressortissants centrafricains originaires des provinces du Nord et de confession musulmane ont été assimilés à des Tchadiens et massacrés par les milices « anti balaka » qui se sont créées pour défendre les chrétiens face à la Seleka.
Alors que les troupes françaises, engagés à Bangui autant pour enrayer les massacres que pour réaffirmer le rôle de la France , sont accusées de partialité par les musulmans, leur allié tchadien redoute de voir ses 15.000 ressortissants vivant en Centrafrique être obligés de fuir pour cause de représailles.

Le Tchad, allié ambigu des Français en Centrafrique