Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Le soutien apporté samedi, par  Ismaïl Chergui, Commissaire à la Paix et la Sécurité de l'Union Africaine,  aux soldats tchadiens dont le rôle dans la crise centrafricaine est troublant,  est totalement disproportionné et inqualifiable. Connue et qualifiée comme syndicat des Chefs d’Etat, l’Union africaine, n’est qu’un instrument qui protège les dirigeants véreux et impopulaires.

Les populations africaines ne s’identifient pas  par cette institution  exclusive. Elles ont plutôt besoin d’une Union africaine des peuples qui prend en compte  les aspirations démocratiques de tous.

En effet, tous les observateurs les plus éclairés s’accordent dans leur majorité écrasante à dire que la responsabilité du gouvernement tchadien est bel et bien établie dans le chaos actuel que connait la République centrafricaine où les troupes tchadiennes ont apporté des soutiens multiformes à la Séléka jusqu’à la prise du pouvoir en mars 2013.  Ainsi, le Tchad est du coup devenu une partie prenante du conflit et ne devrait pas être associé à la résolution pacifique de la crise.

Sur le terrain,  nombreux sont les témoignages qui nous parviennent à propos du comportement belliqueux des soldats tchadiens qui  sont loin d’être des forces de paix, mais, plutôt des envahisseurs en territoire conquis.

 La réaction des populations centrafricaines est donc légitime de demander le retrait des combattants du processus actuel qui vise au désarmement des acteurs en conflits et à la sécurisation du pays par les forces multinationales.

La déclaration donc d’Ismaïl Chergui,  complexifie l’issue de sortie de crise et  ressemble à une partie prise en faveur du régime tchadien connu par sa corruption notoire des responsables des institutions internationales accréditées au Tchad ou bien reçus en audience par Idriss Deby.

Le retrait des troupes tchadiennes de l’ensemble du territoire centrafricain est une condition sine qua non pour la  résolution pacifique de la crise dans ce pays.

La communauté internationale doit tenir disqualifier le Tchad dans toute approche politique pour trouver une issue pacifique du bourbier centrafricain.

 

Makaila NGUEBLA

Crise centrafricaine : l’Union africaine instrumentalisée par Idriss Deby