Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Albert FALL

BANGUI (LNC) — Une réunion de passation de service a eut lieu jeudi dernier à Bangui entre le chef de la FOMAC, le général gabonais J.F Akaga et le général camerounais Tumenta Chomu Martin nommé pour prendre la direction militaire de la MISCA en remplacement.
Et il en resort que tout le monde est d’accord pour qu’il n’y ait pas des tchadiens dans la MISCA en construction.
La pression camerounaise a joué, Paul Biya le président camerounais ne veut pas des tchadiens en RCA.
Une condition qu’il avait posé à Paris à François Hollande comme obligation sine qua non de la présence camerounaise au sein de la MISCA.
D’ores et déjà, les troupes tchadiennes commencent à refluer au pays.

http://www.centrafriquelibre.info/?p=6489

 

 

 

LE TCHAD PERD-T-IL LA MAIN EN CENTRAFRIQUE?

Publié par CENTRAFRIQUE LIBRE le 03 déc 2013

Si l’on scrute bien la configuration de la nouvelle équipe dirigeante de la force africaine, tout laisse à deviner que le Tchad de Deby a été mis hors jeu pour le moment. Mais… reste un poste à pourvoir.

Le 26 novembre dernier, Mme  Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la commission de l’Union africaine, a nommé le général Jean-Marie Michel Mokoko (Congo) en qualité de représentant spécial de l’Union africaine en République centrafricaine et de chef de la force africaine en cours de déploiement (MISCA).

Avec le soutien de la France, le général Mokoko pourra s’y appuyer pour exercer ses fonctions. Dès l’adoption d’une nouvelle résolution du conseil de sécurité des Nations unies, les forces françaises additionnelles, dont le président de la République française, François Hollande a annoncé l’envoi, se coordonneront de façon étroite avec la force africaine en vue de l’appuyer dans la mise en œuvre de sa mission.

Si on observe bien la composition de cette nouvelle équipe, en attendant la nomination du représentant spécial adjoint qui par surprise pourrait être un tchadien, tout reste à croire que le Tchad s’efface peu à peu en République centrafricaine. Pour information c’est Idriss Deby qui préside en ce moment la CEEAC S’il s’avère réellement qu’aucun officier tchadien ne ferait pas partie de l’équipe dirigeante de la MISCA, des questions devraient être posées.

Après la nomination du général de division Mokoko du Congo, le Général de Brigade Martin Tumenta Chomu, de la République du Cameroun, a été nommé Commandant de la composante militaire de la MISCA. Le commandement en second de la Force sera assuré par le Général de Brigade Athanase Kararuza du Burundi. Le Colonel de gendarmerie Patrice Ostangue Bengone, de la République Gabonaise, a été nommé chef de la composante police de la MISCA. Le poste d’adjoint au chef de la composante de police sera occupé par le Commissaire principal de police Don Deogracias Ndong Nguema de la Guinée Équatoriale.

Un autre indice qui pourrait corroborer la perte de l’influence tchadienne, est qu’au même moment où le Congo voisin et la France acheminent respectivement leurs moyens logistiques et leurs hommes (500 pour le premier et 200 pour le second) en Centrafrique, 200 soldats de la force tchadienne qui étaient depuis plus de 10 mois en Centrafrique dans le cadre de la Micopax puis de la Fomac, retournent au  Tchad.

Pendant que les forces régulières tchadiennes font leur bangalows en République centrafricaine, les éléments soudano-tchadiens de l’ex-coalition quant à eux , quittent la capitale Bangui à la nuit tombée, en profitant du couvre feu en cours actuellement à Bangui. Ceux des provinces sont sur leur qui-vive.

Même si on confiait le poste du Représentant spécial adjoint de facto dans les jours à venir à un officier tchadien, rien ne pourrait désormais changer la donne du processus de la restauration de la sécurité et du désarmement des ex-combattants seleka qui est déjà enclenché.

La France sur place jouera son rôle. Il est certain que même si les commandants tchadiens se retrouvent dans cette équipe de désarmement, ils n’agiront pas de la même façon envers les soldats français comme ils l’ont toujours fait avec leurs frères d’armes d’Afrique centrale. Ces derniers jouaient les jeux des seleka et s’interposaient aux différentes opérations de désarmement.

Wait and see.

Par Rollin Rollin LANDOUNG

 

*

http://www.lanouvellecentrafrique.info/centrafrique-j-f-akaga-tance-les-forces-tchadienne-en-rca/

 

Centrafrique : Les soldats tchadiens ‘non grata’ dans la MISCA