Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 
 
OBJET :   LETTRE OUVERTE
 
A
 
SON EXCELLENCE,  MONSIEUR  LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,
CHEF DE L’ETAT, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES
 
 
Excellence,
 
J’ai  l’honneur de venir  par le présent porter à l’attention de votre haute et bienveillante autorité, des propositions visant à améliorer l’action gouvernementale en matière de gestion efficace des services publics de notre administration à travers la nomination des hommes basée sur leur compétence et leur savoir-faire.
 
Il importe, qu’en votre qualité de Président du Conseil des ministres, vous puissiez intervenir judicieusement et au moment opportun dans le fonctionnement du gouvernement. Aussi,  en procédant de cette manière, j’utilise le droit qu’il m’est accordé en ma qualité d’agent de l’administration publique, de proposer lorsque cela est nécessaire et exiger. En faisant cela, je ne fais pas le plaidoyer ou l’éloge d’une personnalité mais je souhaite simplement contribuer à une bonne marche du gouvernement.
 
En effet, le Premier Ministre sortant, monsieur Djimrangar Dadnadji, a été le plus médiocre de tous les premiers ministres passés et son gouvernement un model d’incompétence et de fainéantise. Je dirais même que le terme approprié pour le désigner serait de le dénommer, ‘’monsieur déficit budgétaire’’ ou ‘’monsieur je sais tout et je me mêle de tout’’. A ce sujet, je salue le courage et plus encore l’audace politique des députés qui ont su écarté très vite ce virus diviseur, semeur de zizanie ethnique et religieuse. Pour une fois, ils ont répondu à l’appel du peuple en préservant la cohésion politique du MPS et celle de la nation tchadienne. Malgré ses efforts pour embellir son action gouvernementale, il est apparu au grand jour que les cinq équipes gouvernementales qu’il a constitué ne sont en fait que des coquilles vides, Profito-situationistes aiguisés, sans expérience, moins encore des compétences à faire valoir, cherchant des poux sur la tête des chauves et des points là il n’existe pas. Ces nouveaux-venus en politique ont empoisonné et mutilé  votre idéologie, Dieu merçi vous les avez écartez de votre passage à temps.
En déposant sa démission, le PM n’a fait qu’anticiper un départ imminent et une censure inévitable. Un  réajustement ou un aménagement   satisfaisant aux critères -que je viens de citer s’imposait.   Car ce gouvernement n’a rien produit de satisfaisant.
 
Je profite de l’occasion, pour saluer, aux noms de tous les électeurs de 94 députés qui ont déposé la motion de censure qui a conduit à la destitution de monsieur Dadnadji et à la nomination de monsieur KALZEBEU PAHIMI. Nous saluons cette nomination qui vient à point nommer et satisfait aux critères de compétence et d’expérience, autrement dit, l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Il lui appartient donc de ne pas perpétuer les mêmes erreurs du passé. C’est l’occasion pour moi de rappeler au nouveau Premier Ministre que contrairement aux nominations  passées et celle de monsieur Dadnadji en particulier, la sienne s’est faite  sur des bases totalement différentes et dans un contexte différent. Votre compétence, votre longue carrière administrative, votre fidélité à notre Président et votre solide expérience ont été les qualités qui vous ont conduit à la tête de ce gouvernement ce jour  21 Novembre  2013. Pour toutes ces raisons, vous constituez une exception. Ces qualités exigent de vous rigueur, impartialité, responsabilité et un choix judicieux notamment en ce qui concerne les décisions que vous aurez à prendre, aux nominations que vous ferrez et surtout à l’équipe que vous allez constituer.  Chacune de vos décisions sera scrutée et vos choix seront jugés sévèrement. Bonne continuation à vous.
 
A ce titre, il faudrait nommer des personnalités compétentes qui ont fait leur preuve à la tête de certains départements au lieu de nommer des ignares, des néophytes, des commerçants, des griots, des débutants politiques, des opportunistes et des vauriens.  C’est pourquoi, il faudrait des hommes ayant un charisme réel et une forte personnalité, je citerai un exemple exceptionnel de compétence et d’expérience qui a été mis de côté malheureusement, à savoir : monsieur Amadaye Al-Hassan, pour ne citer que celui-là et tant d’autres dont vous connaissez sans doute leur compétence mieux que moi.
 
Parlant de monsieur Amadaye Al-Hassan, je suis certain que si votre gouvernement était composée d’une personnalité de cette trempe, son action serait renforcée et redynamisée.  Monsieur PAHIMI, s’il souhaite renforcer le programme politique de votre Excellence, axé sur le social et la redynamisation de nos services publics, devrait faire recours à une telle personnalité. Il  est l’un des rares ministres à avoir le profil du poste et pouvant occuper n’importe quel ministère. Ingénieur de son état, cadre compétent, ministre innovateur, il cumul à lui seul les superlatifs les plus élogieux et possède une expérience avérée de près de 30 ans dans l’administration publique.  En somme, laisser de côté une telle personnalité c’est manquer de réalisme politique et commettre un grave gâchis.
 
Tout n’est pas dénigrer dans le gouvernement Dadnadji, il existe également des ministres qui ont le profil du poste tels que ceux de la fonction publique, de la justice, des affaires étrangères, de l’assainissement public, des infrastructures, de l’économie, du S.G.G et le ministre conseiller à la présidence de la république etc. Mais le reste  laisse à désirer.
 
En espérant que mes suggestions puisse être suivies de résultats  concrets et surtout comptant sur votre bienveillante compréhension et votre volonté inlassable de  développer le Tchad, je vous prie de bien vouloir croire, Excellence monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, en l’expression de ma très haute considération.
 
                                                                            
 
                                                                        SALEH  SOUGOUDI KELLEMI
Tchad: lettre ouverte à Idriss Deby