Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Elle était attendue, espérée, redoutée, appréhendée… Qui ? Quoi ? Ben… le vizir de son altesse (non royale mais présidentielle), madame le Premier Ministre, dans son grand oral qui devait l’adouber auprès du peuple Sénégalais via ses représentants : la tant attendue Déclaration de Politique Générale.
Attendue ?
Pourtant, nous n’avons pas eu à attendre longtemps. Les femmes en général aiment faire languir (premier lieu commun). Elle a montré qu’elle n’est pas une femme comme les autres. Moins de deux mois après sa nomination en effet, celle qui se laisse volontiers appeler Mimi, même si elle n’a pas gardé les moutons avec la République, s’est prêtée au jeu de bonne grâce. Mieux, rien dans son exposé, de par sa cohérence, sa précision et sa complétude, pouvait donner à penser à un exercice bâclé.
Espérée ?
Oh que oui ! Par les gorgorlu, la classe moyenne paupérisée, les inondés, les éclopés, le troisième âge, les sacrifiés du système éducatif, toutes ces individualités qui donnent corps à la « demande sociale » et qui peinent depuis un an et demi à constater le Yokuté . Mimi n’a oublié personne. Pas dans son discours uniquement, par des paroles compatissantes et lénifiantes, mais dans ses programmes à venir et ceux de ses ministres. Dans un français sans fioriture ou un wolof de monsieur tout le monde, elle a décliné la feuille de route de son attelage sous leur regard sage et admiratif de ndongo daara écoutant religieusement la maîtresse d’école. Les leçons ont intérêt à être sues…
Redoutée ? Appréhendée ?
Je ne vois pas pourquoi. Elle a été parfaite sous toutes les coutures, n’en déplaise à la masse ricanante des opposants pour la forme ou par dépit. Rien à dire, sauf à chercher des poux à un chauve.
Petit compte rendu très personnel
D’abord, à tout seigneur, tout honneur, tout remerciement revenaient en premier lieu, à celui qui lui a fait confiance après Dieu le père, à savoir le PR. Ne vous méprenez pas. Si le règne du Premier est éternel, le second sait qu’il est temporel. Mais ne nous éloignons pas du sujet. Madame le Premier Ministre a su, sans larbinisme ni flagornerie remercier et rendre hommage au premier des Sénégalais grâce à la confiance duquel elle se tenait légitimement devant le peuple. Il était de bon ton par la suite, et elle ne s’y est pas dérobée, de s’incliner devant ses représentants, l’Assemblée Nationale, les véritables mandants et bénéficiaires de la politique gouvernementale. Nous avons pu apprécier le timbre sincère, juste et sans coquetterie (deuxième lieu commun). Chacun gouverne ou se soumet à sa hauteur, l’essentiel est de le faire avec le ton juste. Elle a su le trouver.
Puis pendant des heures interminables, madame la première des femmes et des hommes (na !) s’est livrée à un acte républicain de haute portée : celui de prendre des engagements devant le peuple et leurs témoins. Et…ce n’est pas un exercice de campagne. On est dans la vraie vie !
Au final, madame le Premier Ministre a montré ce que nous savions déjà : c’est une bête politique. Elle a su pendant plusieurs tours d’horloge tenir ses interlocuteurs en haleine (sauf un sérère pris en flagrant délit de « petit somme qui passera inaperçu »). C’était sans compter sur la sagacité des paparazzi. Sans se départir de sa classe, presque flegmatique et de sa hauteur jamais hautaine, elle a décliné un programme sans fard (troisième lieu commun), clair, mesuré, ambitieux, chiffré, engageant ses troupes pour les mois et années à venir. Aucun signe de fatigue, aucun passage à vide n’est venu infléchir sa voix ni son port. Elle était parfaite !
The best for last
Tout a été passé en revue. Elle aurait bien pu s’en tenir là mais non ! Elle a tenu (et assumé), jeune quinqua, rappeler à ses concitoyens dont nombreux peuvent la mettre au monde, les valeurs cardinales mais basiques de comportement pour tout citoyen aspirant au développement de sa Cité : discipline, rigueur, assiduité, probité, esprit d’anticipation, toutes ces qualités non de personnes bien pensantes mais de personne censées, tout simplement. Pendant un instant, mon égo a cru que Mme Touré n’a manqué de lire aucune des chroniques SocioBiz
Enfin, le final était à la hauteur de la prestation : standing ovation. Comme une rock star en boubou et peu fardée. C’était le moins qu’on pouvait attendre pour celle qui pulvérise tous les lieux communs sur les femmes et qui a su montrer urbi et orbi que jigeen ju mat sëk la , sans peur et sans complexe.
Souhaitons-lui, souhaitons-nous bonne chance !
Souhaitons-nous bonne chance ! (chronique SocioBiz de novembre) Par Nafissatou Dia Diouf