Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Lettre adressée au Ministre de la justice du Sénégal

Le procès de la honte

 

 

Monsieur le Ministre j’ai décidé de vous écrire cette lettre suite aux récents événements marquant l’actualité Sénégalaise portant sur l’affaire Hissein Habré.

Monsieur, en tant que tchadien résident au Sénégal je suis indigné par la tournure qu’a prise cette affaire je ne pouvais rester indifférent face à cette triste situation qui comme tout tchadien(ne) ne peut en rester neutre. Paraphrasant Stephen Dobyns, Dans la vie, il est des périls si déroutants qu’ils nous obligent à rester constamment sur le qui-vive, toujours prêts à manifester notre indignation ou notre scepticisme.

Monsieur le Ministre

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Monsieur le Ministre , Me référant à certains articles de la charte universelle des droits de l’Homme qui cite : Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé ; Toute personne accusée d'un acte délictueux n’est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées

Mais hélas, Cela fait plus de Quatre (04) Mois que le Président Hissein Habré est arrêté de façon illégale sans un mandat d’arrêt .Il vit dans des conditions indignes d’un ancien Chef d’Etat, ses droits ne sont pas respectés.

Monsieur le Ministre , Rappelons que c’est la première fois dans le monde qu’un pays ayant accordé l’asile politique à un ancien chef d’Etat, se retourne contre son hôte et foule aux pieds ses engagements ; mais également la première fois au monde, qu’une personne est en face d’une justice qui ne lui reconnait pas la présomption d’innocence

Jusqu’ici, nous nous sommes tous demandé les raisons qui ont poussés les autorités sénégalaises à se taire sur la question de l’asile politique accordé à Son Excellence Hissein Habré ?

Pourtant un débat juridique aurait pu se développer, dans la mesure où on avance généralement qu’au titre de la convention d’asile le Président Hissein Habré était soumis à une obligation de réserve, et par conséquent quels étaient les devoirs du pays hôte envers lui ?

Pourquoi les autorités Sénégalaises ont-elles violé leurs engagements ?

Le Président Hissein Habré est kidnappé, condamné sans être jugé. Ce n’est qu’après plusieurs mois de captivité de façon illégale que certains Juges se sont rendus au Tchad sur invitation d’Idriss Deby, que ses soi-disant juges logés du matin au soir dans un Hôtel quatre (04) étoiles, ont rapailler des plaintes fictives.

Alors, Sur quel fondement juridique l’ont-ils donc inculpé ?

Monsieur le Ministre ; Nous, diaspora tchadienne de l’étranger, jamais au plus grand jamais nous ne pouvons oublier le rôle que Vous et le président Macky SALL avez joué.

Ce dernier Qui, avant même que tous les juges ne soient désignés, lance un appel d’offre pour la construction d’une prison pour Hissein Habré, paru dans la presse sénégalaise ce jour, 25 janvier 2013.

Le Samedi 02 Novembre tard dans la nuit, le Président Hissein Habré a été transféré à la maison d’arrêt et correction (MAC) de Cap Manuel ou DAKARAMO d’où le surnom donné par les citoyens sénégalais faisant allusion à la tristement célèbre prison américaine de Guantanamo

Le temps s'étire indéfiniment et L’histoire opère lentement, nombres de ceux qui écrivent et crient en longueur de journée doivent leur quiétude familiale au Président Habré.

Revenant sur l’interrogation du FEU Maitre Kéba Mbaye, On se demande si en 1982, lors de son arrivée au pouvoir, si Hissein Habré avait créé une commission d’enquête sur les crimes commis par Tombolbaye qui malgré sa mort est jusqu’aujourd’hui qualifié comme l’incarnation personnifiée du mal, le Général Malloum appuyé par le Général Kamougué organisateurs du putsch contre Tombolbaye, ces derniers ont menés une politique de répression sanguinaire poussant le peuple à un soulèvement et entrainant par la suite, le pays dans une guerre civile sans merci. Aujourd’hui on se demande encore que seraient-ils devenus ces frères du Sud ?certainement Beaucoup seraient aujourd’hui en taule ou entrain de raser les murs.

Hissein Habré a-t-il fait une erreur en privilégiant le pardon pour reconstruire le Tchad et la réconciliation entre ses fils ?

Monsieur le Ministre vous ne connaissez pas l’histoire du Tchad mieux que Nous.

Il serait fastidieux d’exposer le problème du Tchad et de se limiter seulement qu’à la période de 1982 à 1990.

Le Président Hissein Habré n’est pas arrivé au pouvoir au Tchad en tant que chef de Guerre, mais en étant un révolutionnaire qui n’a fait que répondre aux cris de détresse du Peuple tchadien voulant en finir avec une occupation libyenne et d’un côté avec un régime fondé sur le désordre et le Népotisme de Goukouni Weddey.

Monsieur le Ministre sous prétexte de juger Hissein Habré au nom de l’Afrique, pour l’Afrique en terre africaine et par des juges africains, vous malheureusement aviez fait de cette affaire un GAGNE PAIN quotidien, Inchallah un jour vous serrez emmené à répondre devant votre peuple et devant l’histoire. Car, Nous tchadien(ne), n’oublierons jamais le mal que vous nous avez fait subir.

Je m’arrête sur cette citation de Fénelon qui dit « Quiconque est capable de mentir est indigne d'être compté au nombre des Hommes, et quiconque ne sait pas se taire est indigne de gouverner. »

 

 

                                                                                                          Guihini Dady

guihinidady@yahoo.fr

TEL : 77-047-96-05

Lettre adressée au Ministre de la justice du Sénégal